Accepter

Aujourd’hui, je crois que j’ai fait un pas dans mon deuil d’une procréation naturelle.
Aujourd’hui, j’arrive à penser à l’IAC sans pleurer. Ou presque.

Bon, ok, sans compter ce matin.

Arrivée au labo pour analyser de nouveau les marqueurs : FSH, LH, oestradiolémie, prolactinémie, testostérone, TSH. La dernière mesure remonte à 4 ans. Déjà.

« Vous êtes à jeun ?
– Non, pourquoi ?
– Qu’avez-vous déjeuné ?
– 2 tartines, un jus d’orange, un thé…
– Alors je suis désolée, mais je ne peux pas vous prendre. Pas d’excitant avant le prélèvement pour le dosage de la prolactine. Ni café, ni thé. »

Les bras m’en tombent.
Il n’aurait pas pu me le dire ce con de gynéco ? Sans blague ? Le pire c’est que nous lui avions demandé « il faut être à jeun ou pas ? » Et il avait répondu que non. Et moi, naïve, confiante, je n’ai même pas pris la peine de vérifier !

« Ce n’est pas grave, Madame, vous pouvez faire la prise de sang jusqu’à J5 ».

Sauf que demain (J4) je prends le train de 6h pour aller bosser à Paris et qu’après demain (J5), je suis sur Paris, en réunion toute la journée.

« Ou alors vous pouvez reporter au mois prochain..? »

Ah ben, oui, laisse-moi compter dans 1 mois, ça sera pile poil Noël. Ca me semble très pratique. Et puis c’est pas comme si j’attendais depuis presque 5 ans maintenant, t’as raison, je ne suis plus à 1 mois près. Et c’est pas non plus comme si nous avions calé un RDV pour l’analyse des résultats (les miens et ceux de l’homme) dans 15 jours !

Mais je ravale ma colère. Ce n’est pas la faute de la pauvre petite jeune fille derrière son comptoir.
Je sors, je suis en larmes. Encore une déception.

Après je m’en veux en vrac : d’avoir fait confiance au médecin, d’avoir déjeuné ce matin, de n’avoir pas appelé le labo par acquis de conscience, d’avoir des cycles irréguliers, d’avoir un boulot pourri qui m’oblige à partir à Paris demain. J’ai mille raison de m’en vouloir. Forcément, en plus d’être inutile, « creuse » et d’avoir des ovaires polykystiques.
Je trouve finalement un labo proche de mon hôtel à Paris. J’irai mercredi avant d’aller bosser, j’arriverai en retard en réunion. Je passerai encore pour la fille « ailleurs » et pleine de tourments. Faudra encore inventer un bobard. Tant pis.

Je passe à la deuxième étape : prendre RDV pour une écho pelvienne à J7.

Je contacte le centre de radiologie habitué à ça. Complet pour 3 semaines. Je fais les 3 autres cabinets d’Avignon. Complets ou ne pratiquent pas le dénombrement de follicules ovariens, par contre « les monitorage de grossesse, pas de problème » (plein de tact). On me réoriente vers la clinique soit-disant spécialiste de la PMA. Complet pour 1 mois. Le sort s’acharne. Je pleure encore.
Si j’étais réglée comme du papier à musique ce serait simple, je pourrais prévoir mes rendez-vous. Moi, un coup mes cycles font 32 jours, un coup 27 jours. Dans ces conditions, je dois systématiquement attendre J1 pour prendre RDV pour un examen à faire à J7, mais on me refoule partout parce que j’aurais du m’y prendre 3 semaines à l’avance. Mais je ne peux justement pas prévoir. Donc on fait comment ?

C’est ça qui est usant. Déjà qu’on a des déceptions chroniques, des situations délicates, des emplois du temps professionnels inconciliables avec des horaires de centre d’examens, un profond mal-être, un travail psychologique délicat à faire sur soi, des remises en question perpétuelles, il faut aussi savoir faire face à la mauvaise volonté générale et à la désorganisation et l’amateurisme de certains services de santé.

C’est un parcours du combattant. C’est révoltant. « Vous pouvez reporter au cycle prochain …? ». Ou pas. Et l’horloge biologique qui ne cesse de tourner…

Publicités

Donne-moi ton avis (si tu veux)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s