Être une femme normale ?

IAC4, J8

« Vous êtes une femme normale »
C’est doc gyneco new age qui le dit.
Ah bon.
Moi, j’ai pas l’impression que ces examens, ce rythme, ces injections, avoir le cœur au bord des yeux, ce soit vraiment le quotidien d’une femme « normale ».
Mais il faut tenir, continuer à y croire. Qu’est ce que j’ai comme autre option ? Écouter ceux qui disent de tout laisser tomber, de laisser faire la nature, la providence ?
Écouter ceux qui conseillent de tenter plus : changer de centre – pire! – ne pas s’en faire, et quand la limite de tentatives sera atteinte, en faire d’autres (illégales) en Espagne ?

La reprise du traitement m’est difficile. Il y a les effets secondaires : les nausées, cette migraine qui ne me quitte pas depuis 1 semaine, la fatigue, la diarrhée, les insomnies. Et quand je demande au CPMA, on me répond soit que ce sont les effets secondaires attendus, soit que ça ne peut pas venir des injections. Bien sur. Ma langue toute blanche le matin, la réapparition des boutons sur le visage, subitement, ce n’est sûrement pas le signe que mon foie déguste. Non, le hasard sans doute !
Il y a aussi la cumulation avec ma vie professionnelle, les trajets quotidiens à Aix en Provence, le stress et la pression par ailleurs.
Et il y a les aléas de l’humeur aussi : le cœur qui se serre quand je vois une maman avec son bébé, une gigotteuse mouton trop belle dans une vitrine de la croix rousse ; la crainte d’avoir des nouvelles de mon frères et ma belle-sœur, de peur qu’ils n’annoncent une bonne nouvelle à venir…
Je suis allée voir mon généraliste. Je voulais lui demander de m’arrêter jusqu’à la fin de semaine. Forcément, j’ai eu du mal à parler sans pleurer. Toujours cette impression d’être une paria, ce sentiment d’échec qui suit comme mon ombre, juste parce que je n’arrive même pas à conjuguer vie professionnelle et protocole. Le généraliste a jugé plus raisonnable de m’arrêter carrément 10 jours. Ça m’a fait du bien d’entendre « Ne t’en fais pas, c’est médicalement justifié. C’est normal de ne pas se sentir bien, c’est difficile le traitement d’hormones que tu prends ». Je l’aurais embrassé !
J’ai réclamé une échographie à Docteur New Age, puisque ma visite de contrôle annuel tombait par hasard à J8. Il a vu deux follicules à gauche, un endomètre de 9mm. Mais n’a rien pu me dire pour l’ovaire droit, caché derrière mon utérus. Je croise les doigts, mais j’ai peur : qu’il y ait un follicule à droite aussi, parce qu’à partir de 3, on devrait abandonner. Et comme j’ai des douleurs aussi à l’ovaire droit.
On sera fixés demain.
De toute façon il n’y rien d’autre à faire qu’attendre…
Publicités

Donne-moi ton avis (si tu veux)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s