Subitement détester Noël

Cycle repos, J26

C’est bien la première année que je déteste cette période. D’habitude, à peine la toussaint passée, je me mets à écouter des chants de Noël, à réfléchir aux repas, à m’enchanter des décorations de magasins, à courir admirer les illuminations, à goûter le vin chaud aux marchés de Noël.

« Tis the season to be jolly ». Tu parles, se réjouir de quoi ? Fêter le temps qui passe ?

Cette année, je me suis surprise à avoir les larmes aux yeux rien qu’en entendant « All I want for Christmas is you », que j’ai immédiatement transposé à Toi, le bébé désiré tellement fort. Rien ne m’aurait plus comblée ce Noël. À tel point que je n’avais envie de rien en particulier. De rien sauf de Toi.

Le premier jour des vacances, Mari Ours était à la cave pour chercher les décorations, j’ai fondu en larmes. Me voir là, un an plus tard, devant le sapin, seule, vide, malgré tous ces efforts, ça a été trop dur. Quand Mari Ours est remonté, je me suis tournée vers les fenêtres pour ne pas qu’il me voie, le temps de reprendre mon souffle. Mari ours n’a pas compris tout de suite ce qu’il se passait, et je n’en ai pas trop parlé, marre d’être encore la fille qui plombe l’ambiance d’un moment de joie avec ses états d’âme… J’ai inspiré, expiré, pris sur moi. On me dit que je suis courageuse, en fait c’est juste que je n’ai pas le choix. Quelle autre option ?

C’est bizarre comme cette douleur est sournoise. Elle surgit n’importe quand, au détour d’une conversation anodine, en voyant un film, en ayant une déception chez le coiffeur. Tout revient d’un seul coup, comme une claque et on se sent encore plus nulle et seule.

Il fallu encaisser notre dîner de pré-Noël entre amis : 3 couples = 6 enfants + une annonce surprise d’arrêt de pilule. Les entendre se plaindre de leurs rejetons (et le « faites des gosses qu’ils disaient » qui m’horripile). Entendre celle qui vient d’arrêter la pilule décréter : « ça tomberait trop mal mais si je suis enceinte ce mois-ci, vous mettez en route le 4ème ! ». Ça semble tellement simple, facile, pour eux. C’est tellement injuste que le 15% soit tombé sur nous.

Après il y a eu l’angoisse que mon frère profite de Noël pour nous faire une annonce surprise. Puis le soulagement quand j’ai vu ma belle soeur boire du champagne et fumer des clopes. Même si je sais que ça ne va sans doute pas tarder. Elle vient d’avoir 30 ans. Encore un raz de marée auquel s’attendre.

Moi, préparer Noël, ça me fait forcément réfléchir à l’année écoulée. Il y a un an, il y avait l’espoir : malgré les souffrances, la PMA allait nous donner l’enfant que nous désirions. Aujourd’hui j’ai un peu l’impression d’avoir été juste trimbalée de force dans un grand-huit, non stop ; avec ses petits plats tranquilles où on croit que tout est possible, ses pentes ardues, et ses descentes fulgurantes.

Je me languis 2014, même si j’ai lu mon horoscope, qu’il est plutôt dégueulasse et qu’il m’annonce même une rupture.
Je ne vais pas dire que 2014 pourrait difficilement être pire que 2013. S’il y a une chose que j’ai apprise de la PMA, c’est que, même quand on croit être au plus bas, la descente n’est pas finie.

Publicités

Donne-moi ton avis (si tu veux)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s