Y avoir cru

Je vous rassure tout de suite, bien qu’il semblerait que ce soit la mode, je n’ai pas gertrudé. J’aurais pu y croire, parce que près de 9 mois après la naissance de TED et après 2 mois d’allaitement mixte (et donc avec des interruptions de tétées de plus de 12h), je n’avais toujours pas de retour de couches.

Pour être honnête, en bonne PMette (visiblement, MILK ou pas, on ne perd pas ses bons réflexes), la gertrudade, j’y ai même cru un petit peu. Alors j’ai fait pipi sur un bâton, en allant acheter – sait-on jamais – ledit bâton dans LA pharmacie qui porte bonheur (coucou Miliette, si tu me lis, je sais que tu sais précisément de quoi je parle). Négatif, hein, bien sûr. De toute façon, le seul test pipi qui ait été positif dans ma vie, j’avais 18 ans, j’étais paniquée et… c’était un faux positif.

Bref. Je n’ai pas gertrudé, et finalement, j’ai eu mon RDC  le 11 décembre. 9 mois pile poil après la naissance de TED. Mouahahah. DNLP n’a décidément pas perdu son sens de l’humour.

Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. « Y avoir cru », c’est avoir pensé naïvement que j’étais tirée d’affaire. Dans le dernier billet que j’ai posté… il y a 3 mois (déjà, je sais), je me croyais sauvée. En fait, et certaines s’en sont doutées vu mon silence, qui n’est jamais de bonne augure : la descente aux enfers a continué. Les autres, après une accalmie, ont continué à pourrir nos nuits.

Et surtout… surtout, c’est moi qui suis malade.

Évidemment, le contexte n’aide pas. Avoir des voisins du dessus qui vivent la nuit comme en plein jour, entendre dès 21h (et jusque 5h du matin parfois) des chutes d’objets, des cris, des ruades dans les parties communes, des portes et volets qui claquent… Non clairement, ça n’aide pas.

Mais au bout d’un moment, je me suis demandé si c’était « normal » que ça me rendre dingue à ce point, de cristalliser des insomnies pareilles. Mon mari arrive à se rendormir facilement, lui. Et moi : le cœur qui palpite, la tension à 16/9, des trous de 4 ou 5 heures dans la nuit, l’impossibilité de me rendormir, les crises d’angoisses et les pleurs parce que « put*%£ il est 2h/3h/4h/5h du matin, je ne dors toujours pas et il ne me reste plus que 4h/3h/2h/1h avant que TED ne se réveille » et les journées de maaaarde ensuite, en ayant cumulé plusieurs nuits sans sommeil, et avec ma TED à m’occuper.

Les somnifères ne m’aidaient plus : j’arrivais à m’endormir, mais si par malheur j’étais réveillée (par les autres, oui oui, malgré les boules Qui*s et l’effet du somnifère – ai-je déjà mentionné leur discrétion légendaire ?), c’était pire que tout, j’étais dans un état lamentable. En plein bad trip. Et impossible de me rendormir, je devenais encore plus dingue.

Ensuite, je me suis demandé si je faisais tout ce qu’il fallait pour bien dormir. On a donc commencé à faire chambre à part avec mon mari, histoire de m’assurer le repos (et qu’il puisse dormir aussi, par la même occasion, sans avoir à supporter une hystérique en pleurs qui sanglote dans son lit à 2h du matin). Chambre à part à 36 ans : pathétique, hein ?

J’ai cherché les raisons qui pouvaient me surajouter du stress : ne pas avoir assez marché dans la journée ? avoir eu ma mère – qui m’éneeeeeerve souvent – au téléphone ? ne pas avoir pris ne serait-ce qu’une heure pour moi la journée ? ne pas manger de féculents le soir ? ne pas arrêter les écrans et la lumière bleue 2h avant d’aller dormir ? lire avant de me coucher ? dormir sans chaussette ? (et là, paf, un mythe s’effondre, je sais, toi qui me voyais en princesse blonde sexy. J’assume. De toute façon, je suis brune.).

J’ai pris de la mélatonine, de l’Euphyt*se, de l’homéopathie, du Destr*ss. J’ai fait du yoga, suis allée au hammam, j’ai fait de l’acupuncture. Je crois que j’ai vraiment essayé mille choses.

A la fin, je ne savais plus où j’en étais. Je me suis même demandé si je ne faisais pas une dépression post-partum.

Je suis allée voir une psychologue, conseillée par ma sage femme, puis une autre, celle que je voyais quand j’étais en PMA. J’ai vu aussi un psychiatre spécialiste du sommeil, que Margou m’avait décidée à consulter (merci ma douce).

A chaque fois, on m’a dit « Ce n’est pas un post-partum. Vos habitudes sont bonnes, c’est le stress occasionné par vos voisins, la situation,  le procès en cours qui vous minent. Supprimez les voisins (au sens figuré, hein, il ne s’agit pas – même si l’envie s’en fait réellement sentir parfois – de monter les dézinguer), et tout rentrera dans l’ordre ».

Le psy du sommeil m’a prescrit du Lexom*l à raison d’un 1/4 à 1/2 le soir au coucher. Je me suis refusée à le prendre au départ, mauvais souvenir de dépression, la dépendance, le sevrage… et puis je me suis résignée, parce que j’allais trop mal, parce que ce n’est finalement pas un drame si j’en prends de temps en temps, pour moi, pour TED, pour mon couple.

Je ne prends pas de Lexom*l tous les soirs. Ça dépend de mon état de stress. Je me couche avec 6 Euphyt*se et… je vois. Certains soirs, je m’endors. Certains soir, au bout de 2h à tourner dans mon lit : Lexom*l. Certaines nuits, je ne suis réveillée que 3 fois et je me rendors, seule ou « juste » avec 6 Euphyt*se. Certaines nuits, j’ai un « trou » de 2h et je reprends du Lexom*l.

J’ai compris qu’il fallait peut-être creuser… j’ai demandé un contact à mon acupuncteur (que je vois depuis 6 ans). Il m’a conseillé un psychiatre, un ami à lui, qui ne prenait plus de patients, mais qui a fait une exception. Et là, début janvier, dès la première séance, dans ce cabinet dépouillé au design digne de l’URSS des années 70, avec ce Vieux Monsieur Perspicace, j’ai compris pas mal de choses : les autres ont été un déclencheur. Car ces insomnies ne sont qu’un symptôme. Alors oui, on peut se contenter de traiter le symptôme, prendre des somnifères ou des anxiolytiques, mais si on n’identifie pas LA cause, cette fourbe reparaitra sous une autre forme.

Ce n’est pas un hasard si j’ai commencé à avoir des troubles du sommeil au moment même où je m’apprêtais à devenir mère et l’avenir nous le dira, j’ai le sentiment que ce n’est sans doute pas un hasard non plus si j’ai eu tant de mal à devenir mère. Peut-être pas si inexpliquée que cela, mon infertilité… (non vous ne rêvez pas, au risque de périr brûlée sur le bûcher des PMettes, je suis précisément en train d’accuser le facteur psy dont on nous a si souvent rebattu les oreilles : jetez-moi des cailloux).

Le Vieux Monsieur Perspicace m’a donc aidée à avoir une autre lecture des évènements. Et à bien y regarder objectivement, je crois que mon esprit a déjà traduit ce mal-être à plusieurs reprise par le passé.

Avant-hier, j’ai revu le Vieux Monsieur Perspicace. Et la nuit qui a suivi cette deuxième entrevue, j’ai noirci 3 pages de carnet. J’ai téléphoné ce matin pour prendre un rendez-vous « intermédiaire », pas envie d’attendre 3 semaines. J’ai le sentiment que je vais pouvoir avancer et qu’avec lui, je vais enfin comprendre ce qui se cache tout bas.

J’ai un peu peur de ce que je vais découvrir ; pour avoir commencé à déblayer le terrain avec d’autres psy, je sais qu’il va falloir appuyer là où ça fait mal et au menu il y aura sans doute : ma peur de l’abandon, mon manque d’estime de moi, mon manque de confiance en moi… Miam, quoi d’autre de délicieux encore à découvrir ?

Mais j’ai vraiment envie de comprendre, d’apprendre et de guérir, pour mon couple, pour TED et surtout pour moi.

Publicités

36 réflexions sur “Y avoir cru

  1. maxelie dit :

    On dit souvent qu’il y a un thérapeute qui nous convient, qu’on peut en essayer des tas avant de trouver le bon. On dirait que tu as le tien! Pour la part psy, je crois que personne n’a nié que ça pouvait jouer, mais c’est mettre toutes les infertilités dans la case « arrête d’y penser » qui rend dingue. Et puis pour te sentir moins seule: depuis l’arrivée de bébé nous faisons chambre à part ET je dors avec des chaussettes puisqu’il n’est plus là pour faire bouillotte!

    Aimé par 1 personne

  2. Nanou dit :

    Je crois que quand on arrive à écrire, comprendre tout ce que tu écris là, c’est que tu es sur la bonne voie, celle de la « guérison » et du bien être. Tu es bien entourée, tu as pris les choses en main, et même si, hélas, on ne peut pas supprimer les voisins en un claquement de doigt, tu avances à pas de géant . De tout coeur avec toi/vous ma jolie ❤

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis convaincue qu’il y a une part psy dans l’infertilité, sans dire « c’est dans la tête » ou « arrête d’y penser », je pense qu’on est plus ou moins receptives aux traitements selon où on en est mentalement. Bien sûr, être bien dans sa tête, se sentir en confiance avec l’équipe ne soigne pas les ovaires ou les couilles tordues, mais je pense que ça joue un petit peu sur le succes.
    Pour en revenir au sujet, toi, ma belle, je trouve que tu assures à prendre les choses en main comme tu le fais, car ce n’est pas facile et j’espère que le psy de l’URSS d’avant t’aidera à retrouver la sérénité.
    Je t’embrasse ❤

    Aimé par 1 personne

    • J’aime bien le surnom que tu lui as trouvé à mon psy, tiens, « le psy de l’URSS »… tout le contraire d’un Palais Royal, tu verrais 😉
      Je commence à me dire que, même si bien entendu ça ne répare pas les nageurs raplapla ou les ovaires paresseux, le côté psy peut avoir une influence sur le corps. Ça fout un peu les chocottes du coup, saleté d’inconscient.
      Et j’assure rien du tout, tu parles. Je te rappelle que c’est toi qui es obligée de me coacher à coup de Sheryl Sandberg !
      Moi aussi 😘

      J'aime

  4. C’est moi la princesse blonde sexy qui dort sans chaussette !
    Se confronter à ses problèmes, si inconscients soient ils, c’est sacrément courageux… Et parfois nécessaire. J’espère que tu en retireras de bonnes choses.
    Et tu n’es pas seule, tu le sais.

    Aimé par 1 personne

    • Cochonne ! Moi qui accusais une légère baisse d’audience lié à mon manque d’assiduité, tu excites les foules ici, c’est parfait ! Mes stats remontent en flèche !
      Dis nous tout : sans chaussette… et sans culotte aussi ?

      Blague à part, je le sais, et heureusement que vous êtes là ❤ vous êtes beaucoup pour moi ❤

      J'aime

  5. Désolée pour cette nouvelle galère.. ça a l’air d’être de sacrés connards tes voisins.. En tout cas, chapeau pour la prise du taureau par les cornes!

    Moi aussi, je dors avec des chaussettes. Chaussettes a même été un de mes surnoms à cause de ça 🙂

    J’ai une question hyper égoïste, tu peux l’ignorer si elle n’est pas appropriée. Je me lance depuis peu dans l’allaitement mixte (Chispa accepte enfin le biberon) et je suis un eu en freestyle au niveau des quantités et tout.. Tu as géré ça comment toi?

    Des bisous

    Aimé par 1 personne

    • Donc Team dépassement de terme, team césarienne et maintenant Team chaussettes ! 🙌

      Pour répondre à ta question : j’ai géré en total freestyle ! Mon pédiatre m’avait filé le menu 6-9 mois « bebe allaité » et le menu 6-9 mois »bebe au biberon » mais bien sûr il n’avait pas de menu 6-9 mois « allaitement mixte » ! Il m’avait juste dit : « 1 biberon équivaut à 2 tétées », alors j’ai tâtonné en faisant un mix des deux menus à ma sauce.
      On a fait du mixte pendant 1 mois seulement. Je l’ai sevrée à 8 mois et ça s’est fait tout en douceur, parce qu’en introduisant un bib le soir, petit à petit, je produisais moins…

      Il en dit quoi ton pediatre ?
      Tu as commencé la diversification j’imagine ?
      Je pense qu’il n’y a pas de règle valable pour tous les bébés, et que chaque bebe est unique. il faut suivre ton instinct et tester sur Chispa 😉 tu devrais vite voir si elle a encore faim 😉

      N’hésite pas si tu veux échanger,
      Des bisous jusque toi et Chispa !

      J'aime

      • 😀 Et si tout était une affaire de pieds froids!!
        Merci d’avoir pris le temps de me répondre ❤
        Oui, j'ai commencé la diversification. Le truc, c'est que j'ai l'impression que Chispa a toujours faim!! Et pourtant, elle se porte très bien 😉
        La fin de l'allaitement n'a pas été trop dure pour toutes les deux?
        Plein de bisous à vous

        J'aime

        • Si Chispa est une vorace, fais-lui confiance, elle sait. Elle répond à ses besoins primaires, qu’elle mange donc !

          La fin de l’allaitement : pour TED, on a eu juste une « rechute » 😂 2 ou 3 jours après, elle a cherché mon sein et a tetouillé ❤ plus pour le câlin que pour la faim 😉
          Sinon non, elle kiffe le biberon qu’elle descend en 12sc si on ne lui fait pas faire des pauses 😂 (quand on parle de vorace 😂😂). Je crois qu’elle aime bien le fait que le biberon ait un débit colossal par rapport au sein !
          En phase de transition, c’était trop marrant, elle tétait, puis s’arrêtait, se redressait et regardait en direction de la cuisine, en attendant qu’un biberon de complément arrive. Je crois qu’elle était prête.
          Pour moi, j’avoue que je repense aujourd’hui souvent avec nostalgie à l’époque où j’allaitais ❤ j’ai tellement aimé l’allaiter… j’avais commencé un article d’ailleurs sur l’allaitement.
          Mais après je repense à « je ne peux rien faire, je l’ai tout le temps pendue au sein » 😉et ca va, je chasse la nostalgie 😉
          Bisous à toi !

          J'aime

          • Ok donc team bébé vorace aussi!! 😀
            C’est super si tout s’est bien passé. Je t’avoue que j’ai eu un gros coup de cafard quand elle s’est mis en engloutir un bib.. mais je suis aussi contente de la « liberté » (même pas honte) que ça implique.
            Tu as raison, je vais lui faire confiance, même si je trouve qu’elle vomit pas mal ces jours ci.
            Ted est une bonne dormeuse ou bien? Est-ce que les bib ont changé quelque chose à ce niveau? Chispa n’est pas fana de la séparation qu’implique le dodo et a tendance à faire des petits cycles.
            Bises

            J'aime

    • Je t’avoue que parfois, je me suis demandé ce qui me retenait de pas monter leur péter la gueule à coup de batte de base-ball.
      Ah. c’est peut être le fait que je n’ai pas de batte de base-ball.
      Team brunette en chaussettes ! 🙌😘

      J'aime

  6. Bravo pour ces démarches. C’est si difficile de regarder au fond de soi et d’admettre tout cela. Tout le monde ne le ferait pas…
    En tout cas vivement que tu ailles mieux et hâte de te revoir pour que les promis fassent plus ample connaissance.
    Team brunasse mais sans chaussettes !!

    J'aime

  7. C’est un super bon en avant! Cette thérapie va te faire beaucoup de bien j’en suis persuadée, je t’invite aussi a regarder du côté de l’emdr je crois que moi ça m’a sauvé et ca a sauvé mon couple…
    Courage pour ces moments difficiles, des bisous jolie princesse aux chaussettes 😘

    J'aime

  8. Aaaah manque de confiance en soi, peur de l’abandon tout ça tout ça… c’est marrant j’en suis au même point que toi ! C’est super que tu aies trouvé le psy qu’il te fallait, il va falloir que je trouve le mien. Courage, ce n’est pas facile d’aller fouiller dans ce qui fait mal, mais on en ressort grandit 😉 gros bisous

    J'aime

    • Alors courage à toi aussi et j’espère que tu trouveras quelqu’un de bien! C’est si difficile je trouve : se livrer une fois ou deux (quand c’est pas plus) et recommencer avec un autre, tout re-déballer. Faut s’armer de patience !
      Gros bisous

      J'aime

  9. Et alors ! Mon Dieu comment as-tu fait pour tenir jusque là ? Déjà, tu as été très courageuse !
    Et tu es encore plus courageuse d’avoir le cran de creuser encore plus loin. D’accepter de te remettre en question, peut-être. De remuer des choses qui font mal.
    Je te souhaite une belle thérapie 🙂 et un résultats qui te permettra de retrouver la paix intérieure.
    Moi aussi je dors avec des chaussettes (de toute façon Chéri ne se couche pas en même temps que moi donc pas moyen de les réchauffer sinon… donc vala).
    Des gros bisous !

    J'aime

  10. Oh Princessepi, tes voisins me rendraient totalement dingue ! On a des soucis avec les nôtres aussi (pas autant que toi quand même) et ça m’empêche parfois de me rendormir la nuit entre 2 tétées, je cogite trop… Le psy c’est une très bonne idée, je vois toujours la mienne depuis plus de 10 ans (déjà !), mais tu n’es pas la seule en cause hein? Ce n’est pas « normal » de subir autant de ses voisins… Courage !Grosses bises

    J'aime

  11. Je rattrape mon retard et t’envoie plein de courage et de pensée !
    Il te semble toujours aussi bien ton psy ? J’espère que tu arrives bientôt au bout du tunnel.
    Peine de courage ma jolie, et tu sais que tu n’es pas seule, hein ! 😉

    Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis (si tu veux)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s